En attendant Cthulhu (part 2)

     Ah, les choses avancent bien ! En une semaine, j'ai pu achever les illustrations pour les chapitres 2 et 3. Le résultat final devrait être intéressant...

     Mais parlons aujourd'hui de la musique.

     Avec le système de codage présenté dans la vidéo Musica Tindalia (pour celles et ceux qui auraient manqué l'explication, entre nous indispensable, voir ici), on peut placer une lettre en dessous de chaque note de la gamme chromatique classée par ordre décroissant de quintes, soit :

 

     Ou, d'une manière plus lisible, sous forme de tableau (et plus rapide pour retrouver la correspondance lettre/note) :

si mi la sol do fa sib mib lab réb solb
A B C D E F G H I J K L
M N O P Q R S T U V W X
Y Z                    

 

 

     Évidemment, la première chose que l'on est tenté de faire est de retrouver l'enchaînement des notes qui constitue le nom "CTHULHU". Ce qui donne : la - sib - sib - mib - solb - sib - mib. Noté sur une portée, nous obtenons :

     En soi, ce n'est pas terrible. Le thème est même assez plat, et ne fait qu'égrainer les notes constitutives de l'accord parfait mineur de mi bémol (mib - solb - sib). On avait connu des séquences de notes plus évocatrices, ou plus tordues. Celle-là est presque conventionnelle... zut, alors...

     Pas de panique ! Une solution toute bête - mais efficace - est de commencer par faire tourner l'ostinato des initiales (ostinato = formule mélodique et/ou rythmique sans cesse répétée) ; main droite, les initiales de Lovecraft, HPL (= sib - ré - solb), et main gauche mes propres initiales (= si - do). Cet "ostinato des initiales" est présent depuis le tout premier générique :

     Il a l'avantage d'être doublement dérangeant : harmoniquement, il repose sur un accord de quinte augmentée (un accord très instable et tendu), et rythmiquement les deux motifs ne coïncident pas (les initiales HPL forment une séquence de 3 notes, les miennes une séquence de 2 notes, d'où déphasage).

     Une fois lancé l'ostinato des initiales, il n'y a plus qu'à trouver un rythme satisfaisant pour le thème Cthulhu...

     Ah ! Ça y est, ça commence à jeter de l'ombre...

     Par bonheur, le thème "R'lyeh" est très sympathique. Le voilà sous sa forme brute, puis sous une forme rythmée :


     La superposition de l'ensemble pose une ambiance particulièrement lourde. Voilà une bonne base pour inventer les musiques d'accompagnement !

     Et les personnages, dans tout ça ?

     Eh bien, c'est là où les choses deviennent troublantes...

     Comparez le thème ANGELL avec le thème WILCOX, les deux personnages qui ouvrent l'histoire :


     Le lien de parenté mélodique est assez perturbant. Non pas en matière d'intervalles (je ne vais pas entrer dans les détails, mais la quarte ascendante qui débute Angell se transforme en seconde majeure dans Wilcox, la chute de septième majeure chez Angell devient une sixte majeure chez Wilcox, etc.), mais en matière de direction mélodique générale. Nous voyons bien que les thèmes se comportent de la même manière.

     Là, on peut facilement partir dans une élucubration ésotérico-mystico-numérologique... à titre personnel, je préfère rester d'un rationalisme froid et détaché, à l'image des héros lovecraftiens. Après tout, il ne s'agit que d'une coïncidence dans l'agencement des lettres de l'alphabet. Faire correspondre des notes de musique à cette succession ne prouve rien. Maintenant, je trouve assez amusant que ces deux noms, fortement associés dans l'histoire, se retrouvent à ce point liés...

     Ensuite, une ambiance peut être trouvée en superposant un ostinato (bien sûr fondé sur les initiales HPL), le thème CTHULHU (petit doigt de la main gauche, dans le grave), puis la superposition des thèmes ANGELL (dans l'aigu) et WILCOX (dans le médium). Climat angoissant à souhait, traduisant musicalement l'idée que Wilcox rencontre Angell au sujet de visions pour le moins inspirantes...

     Voilà, rapidement présentés, les matériaux de base. Maintenant, il faut arranger tout ça... je m'y attelle dès lundi...

Écrire commentaire

Commentaires: 0